Forever bronze

Publié le 30 Septembre 2011

Lors d’une soirée peu mémorable car passablement ennuyeuse, je me suis retrouvé sur le canal de discussion de Starcraft II dédié à la recherche d’équipe. Vous connaissez peut-être, mais probablement pas, pour la bonne raison que parmi les canaux officiels seuls ceux de discussions générales sont fréquentés. Et clairement pas par le meilleur de l’humanité. Mais voilà, je m’ennuyais, trop fatigué pour un duel de qualité et la recherche automatique de coéquipiers traînait trop. Je me retrouvais donc sans surprise avec de mauvais joueurs, prêts à débuter les si tactiques matchs d’équipe. Du quatre contre quatre histoire d’être encore plus stratégique – ironie, ironie. A quoi reconnaît-on un débutant très vite ? Avant le début de la partie, il demande à qui le veut bien quel sera le plan d’action à appliquer. Et il ne démarrera la partie que lorsque tout sera établi. Je tranche le débat en choisissant race aléatoire et en déclarant partir sur une stratégie « standard ». Ce qui est une réponse aussi peu pertinente que la question Je reviendrais plus tard sur l’explication justifiant l’affirmation « plan before battle : for noobs ». Quelques dizaines de minutes passant, après deux défaites bien méritées en match de placement, et avoir attendu patiemment sur Youtube que deux membres de notre formidable épopée prennent leur douche, je me retrouve malgré moi à dispenser quelques conseils à cette joyeuse bande de québequois – il était très tard. La providence m’est témoin qu’ils ne monteront pas de ligue de sitôt, cependant ce que les alcooliques appellent un moment de lucidité me susurra que ça ferait un bon article de blog.

 

forever-bronze design

 

Si j’ai attendu un moment avant de commencer ce genre d’article, c’est que j’attendais d’avoir un niveau disons correct. Les conseils dispensés plus bas sont extrêmement basiques et ne permettront guère d’aller plus haut que la ligue argent, mais si ça permet de tirer des bonnes âmes – les mauvaises peuvent crever la bouche ouverte – de cette fastidieuse et imprévisible ligue bronze ça sera toujours ça de gagné. Des conseils bien plus avancés peuvent être lus sur les forums de la Team Liquid ou encore sur la riche Liquidpedia dans le doute. Les streamings proposés sur ce même site sont de haut niveau, et pour les plus affamés il y a aussi la partie gratuite de GOM.tv, la chaîne retransmettant sur le net une bonne partie des matchs coréens. Quand à Pomf et Thud, on note que le deuxième boute-en-train a concrétisé un tutorial pas dégueulasse sur la façon dont il faut mener la guerre de l’information en début et milieu de partie. Dernier détail et pas des moindres, je ne joue que la race terran. Si certaines bases restent applicables à toutes les races, la fin de l’article ne concernera que les défenseurs mutilés de l’humanité. Tout mon respect aux joueurs aléatoires, en passant.

 

teamliquid-iphone

 

L'icone suivante mène aux articles venant de la Liquidpedia ou d'autres sites apportant des informations plus détaillées.

 

 

Choisir ses armes

 

Bon, j’vais sortir mon épée… - Un aventurier rusé.

 

Je l’ai évoqué dans ma vidéo sur Starcraft et Brood War, je le répète donc ici : choisir une race de prédilection permet de booster sa courbe de progression aussi précocement que la blague que j’avorte ici même. Pas de règle, la race que vous préférez sera toujours votre meilleure de toute façon, cela peut venir de son apparence, d’un style de jeu que vous souhaitez développer, d’une ambiance générale dégagée par celle-ci. J’ai initialement choisi les terran à une époque où la mode était de ne pas choisir des humains dans les jeux vidéos et parce que le bruit du tank me plaisait beaucoup. Certains jouent zerg pour le seul plaisir des coups de fourbes possibles. Rien ne vous empêche bien sûr de jouer les trois races en même temps en choisissant de devenir un joueur aléatoire, mais gardez à l’esprit que le succès de Starcraft tient aux différences fondamentales de gameplay, il n’y a aucune stratégie que vous pourrez copier d’une à l’autre.

 

Si vous êtes neutres à la base, tentez quelques parties contre l’ordinateur. Faite varier le niveau, et voyez avec quelle race vous vous sentez le mieux. Autre option, jetez un œil aux pro-gamers et voyez quelle race vous apparaît comme la plus spectaculaire. J’étais sous Brood War un admirateur du français Bertrand ‘’ElkY’’ Grospellier, au point de nommer à son nom une stratégie banale mais découverte avec lui – le « ElkY Wall », que j’utilise pour désigner la lente avancée de chars en mode siège et de vautours sous couverture de tourelles anti-aériennes. Quand je pense que maintenant il se fait des millions au poker. Peut-être que si je démarrais Starcraft II maintenant je jouerais Zerg, parce que je suis un fervent supporter de Steven ‘’Destiny’’ Bonnell. C’est comme les enfants en 1998 qui voulaient jouer attaquant au football parce que l’équipe de France marquait des buts ou les adultes en 2007 qui votaient Sarkozy parce qu’ils ne pouvaient pas pogner Royal et inversement. Ca compte aussi.

 

Ne vous faites pas influencer par les dirs d’internet. Même si les zergs sont les plus techniques à manipuler, vous vous en sortirez bien mieux si vous aimez la bave et la cyprine abondante que de vous forcer à choisir les protoss pourtant systématiquement recommandés aux débutants car plus faciles d’accès. Le but ça reste de progresser en s’amusant et en se sentant bien dans les baskets de la race qu’on a choisie, et en l’occurrence d’ailleurs c’est très con car les zergs n’ont pas de botte. C’est vous dire s’ils sont répugnants.

 

 

 

 

Choisir ses outils

 

Marine…Marine…Marine… - Un joueur Terran contre un Zerg.

 

Dès le début forcez-vous à utiliser le clavier et la souris. Même dans les ligues faibles le combo des deux est indispensable. Certes, vous perdrez du temps… les premiers pas. Forcez-vous toujours, organisez les mêmes groupes de contrôle d’une partie à l’autre. Pour vous donner une idée, cela fait maintenant plus de dix ans que mon centre de commandement c’est « 1 » et que mon groupuscule d’attaque est « 2 ». Le chiffre tierce est réservé pour les baraquements, le numéro quatre assure les usines et le cinquième les spatioports. Ils sont éventuellement amenés à changer en cours de partie, surtout si je décide d’utiliser des unités demandant un niveau de micro-gestion plus élevé que la moyenne, mais la base  c‘est ça et ça ne dévie que très peu. Pourquoi donc assurer cette gymnastique de la main non dominante ?

 

Premièrement, la production sera excessivement plus rapide. Il est démontré scientifiquement par des laboratoires de publicité pour lessive que faire la combinaison « 3 A 4 S 5 V » avec une main gauche de la marque Branlz est plus efficace que de devoir trouver et cliquer sur la caserne, puis le marine, puis l’usine, puis le tank, et enfin le spatioport pour le viking avec deux mains droites de marque quelconque. De plusieurs secondes. Or, Starcraft II est un jeu durant lequel le temps est un facteur majeur. C’est d’ailleurs la critique des prétendus puristes de la stratégie, qui se plaignent que la course à l’APM – Action Par Minute – dévalorise le coté intellectuel. C’est très de tendre un piège dans un défilé avec dix archers, mais si durant vos préparatifs l’adversaire a le temps d’accumuler trois régiments, ça reste insuffisant. La guerre, c’est aussi la capacité de lever rapidement des soldats, c’est comme ça.

 

Deuxièmement, en appuyant deux fois rapidement sur un raccourci que vous avez attribué d’un souple et délicat geste du doigt, la vision du jeu se centre sur ce qui est sélectionné. Une fois bien pogné dans votre cortex, les groupes de contrôle constitueront votre principale source de déplacement sur la carte. Besoin de revenir sur votre base pour ajouter un bâtiment ? Hop, « 1 1 », puis « B F » et posez votre usine. De suite derrière, pour ne pas avoir de mauvaises surprises cancéreuses pour votre victoire, « 2 2 » et vous avez de nouveau les chaussures de votre armée en marche vers le visage de l’ennemi sous les yeux. Durée de l’opération : quelques secondes.

 

Bien entendu, c’est rigoureusement difficile au début de se souvenir de tout les raccourcis claviers et de les utiliser sans se planter. Ca arrive encore même aux pro-gamers de mélanger deux groupes de contrôle en pleine partie. Moi ça m’arrive fréquemment et potentiellement ça m’a fait perdre des parties. Allez-y progressivement. Mémorisez le raccourci de vos sondes et attribuez un raccourci à votre ruche. Puis, mémorisez les unités que vous utilisez le plus, comme les traqueurs par exemple – même si vous comprendrez rapidement que le seul raccourci des protoss c’est la tempête psionique /troll. Si vous souhaitez en utiliser d’autres, vous négocierez avec la souris. Et à force d’utiliser la souris, vous noterez un inconfort par rapport aux troupes produites par le clavier. A ce moment vous apprendrez le raccourci de la nouvelle unité et ça va vous rester tout naturellement. Quand aux unités les plus rares – vigilants, corbeaux, porte-nefs… - vous n’aurez clairement pas besoin de les apprendre.

 

teamliquid-iphone

 

L’obsession des ouvriers
 

  Quoi, y’a plus d’marines ? – VCS anonyme.

 

S’il y a une chose assez étonnante dans les ligues de bas niveau c’est la capacité à créer une dizaine d’ouvriers et s’en contenter. Dix récolteurs c’est un bon chiffre pour faire un barbecue, ou pour une partouze gay. Soyez possédé par le désir de noyer la planète sous vos ouvriers, dans le cas idéal où vous seriez une machine humaine votre centre de commandement ne devrait jamais cesser d’en produire. Les parties des bons joueurs finissent alors que leur compte d’ouvriers atteint les soixante-dix. Plus vous saturez une base, plus elle rapportera. Une base est complètement avec trois lignes complètes d’ouvriers en sélection pour les minerais et six qui s’occupent du gaz. En pratique vous ne compterez jamais, mieux vaut trop que pas assez. Et je ne parle même pas des mules terran, petits bijoux que vous apprendrez à adorer ou détester rapidement. Si vous ne vous occupez pas de ce problème tôt il vous poursuivra longtemps : le pêcheur-cueilleur Ash, après m’avoir vu jouer quelques parties en ligue or, m’a fait comme principale critique mon faible taux d’ouvriers dans les matchs. Après vérification, il disait vrai et je tournais à une vingtaine d’ouvriers de moins en moyenne que mes adversaires. Et ça se payait souvent au score, voire me coûtait la victoire, ce qui est ennuyeux. Le souci est un tantinet différent si vous jouez zerg. Il s’agira toujours de lancer un maximum d’ouvriers, mais la nature même de votre production vous demandera de choisir si à tel instant vous désirez de nouveaux récolteurs ou de nouvelles troupes. Un système handicapant en début de partie mais tellement confortable par la suite, vous verrez.

 

Untitled-1

Des récolteurs pas optimalement utilisés.

 

 

La macro

 

Kekekekekekekeke. – Zergling anonyme.

 

Les actes les plus médiatisés de Starcraft relèvent souvent de la micro-gestion, c'est-à-dire du commandement tactique fin des potentiels et aptitudes des unités lors d’une bataille. Lim ‘’Slayers Boxer’’ Yo-Hwan qui lockdown une douzaine de croiseurs avant d’envoyer ses chasseurs, c’est de la micro-gestion. Pomf s’excitant sur la gestion des champs de force de Chad ‘’Minigun’’ Jones, c’est de la micro-gestion. Ce sont ces mouvements que l’on retrouve aussi sur les vidéos « highlights » des grands tournois ou qui font hommage à un joueur particulier. Néanmoins, ce ne sont pas eux qui font gagner.

 

Ce qui mettra une gourmandise dans la jugulaire de votre adversaire, c’est votre capacité à générer un revenu substantiel – obsession : ouvriers, vous dis-je – et à dépenser ce revenu. A produire, augmenter la production, et étendre votre base pour maintenir la production. Dites-vous bien qu’avoir de la thune de sert à rien ; elle n’a ni canons, ni obus. Blizzard et la marque de périphérique Razer ont sortis ensemble un clavier qui change de couleur selon votre APM. Il aurait été bien plus utile, mais peut-être aussi trop discriminant, de créer un clavier changeant de couleur selon vos ressources non dépensées. Tant qu’un tel clavier n’existe pas, quelques coups d’œil réguliers sur le coin supérieur droit de l’écran valent le coup, et une alarme rouge doit résonner dans votre tête si vous atteignez les huit cent de minerais, et ce palier va baisser à mesure avec votre niveau et votre exigence personnelle. Ce palier atteint, créez deux baraquements supplémentaires et ajoutez des marines à votre composition, posez une ou deux autres ruches, mais faites quelque chose. Moins vous avez de ressources non dépensées, mieux c’est.

 

Ca paraît anodin aujourd’hui mais la macro-gestion a permis à son inventeur « officiel », Lee ‘’NaDa’’ Yoon Yeol, d’être sous Brood War le champion détenant le record de fréquentation de la première place des ligues coréennes. Il n’y a rien d’impressionnant à faire tourner son industrie militaire, mais la différence se fait à ce niveau. La ligue bronze ne sait pas le faire, la ligue argent apprend à peine. Maitrisez cet aspect et vous sortirez vite de ces ligues, sauf erreur majeure.

 

La frayeur de prendre une base supplémentaire vient de ce raisonnement pas idiot qu’avant de s’étendre il faut avoir les moyens de se sécuriser. C’est là qu’intervient une autre notion à apprendre : l’information.

 

teamliquid-iphone

teamliquid-iphone

 

 

 

Big Brothers You Must See

 

A spy, like a writer, lives outside the mainstream population. He steals his experience through bribes and reconstructs it. - John Le Carre

 

S’il elle est un peu biaisé de par le manque de stratégie solide des joueurs de faible niveau, la recherche d’information reste vitale dans Starcraft et, par définition, dans tout jeu de stratégie. La base des échecs reste de calculer et prédire les mouvements en face. Ici, c’est pareil.

 

L’information, aussi appelée « Scoot », a deux objectifs. Le premier est de connaître sur quoi partira votre adversaire. Va-t-il se lancer dans une partie sur le long terme et poser très rapidement sa seconde base, va-t-il rester sur la défensive en attendant d’obtenir des unités de haut niveau technologique, ou au contraire va-t-il essayer d’imposer une pression rapide avec des unités faciles d’accès ? Le deuxième objectif sera le contrôle de la carte, de chercher à avoir un œil partout. Souvent, cela passe par le contrôle des tours Xel-Naga, disséminés à des points stratégiques. Si vous êtes zerg, songez que vos dépôts de ravitaillement sont mobiles, placez-les eux aussi à des endroits tactiques tant que l’ennemi n’a pas d’anti-aérien efficace. Voir venir une attaque ennemie dix kilomètres avant votre base élimine l’effet de surprise et vous laisse quelques secondes de plus pour vous préparer, le temps de lancer quelques zerglings, de téléporter des unités protoss ou d’amener vos VCS prêt de votre mur pour le réparer.

 

En terme général, votre premier scoot sera un ouvrier à envoyer lorsque vous êtes approximativement à 9 ou 10 de population, parfois plus tard. Ce premier espion aura pour mission de localiser la position de la base ennemie et d’emmerder le joueur qui la construit. A ce stade précoce vous n’aurez que peu d’éléments pour déterminer la future orientation ennemie et il faudra refaire un tour. Si votre concurrent est terran, pensez à embêter son VCS qui construit la caserne, ça sert souvent pas à grand-chose et ne passez pas trop de temps dessus, mais sur un malentendu vous pourriez le détruire et le retarder en lui volant cinquante minerais. Si vous êtes zerg, envoyez votre dominant vers la base potentielle la plus proche et envoyez votre ouvrier de scoot à une autre.

 

La seule difficulté relative sera les murs que peuvent construire les terran et dans une moindre mesure les protoss. Dans ce cas particulier, amenez régulièrement une unité se frotter au mur et regardez les unités stationnées derrière, cela vous donnera une idée éventuelle de la composition adverse. Si vous êtes vous-même un terran, n’hésitez pas à sacrifier un scanner après votre premier VCS de scoot, ce n’est jamais inutile de mettre en évidence une recherche vers les banshees ou des void rays.

 

A plus haut niveau, ça se corse et vous devrez reconstituer ce que fait un adversaire qui cherchera de toute façon à vous cacher sa présence. C’est un peu de logique, un peu d’instinct et de l’expérience, une expérience qui s’accumulera à mesure que vous connaîtrez de mieux en mieux les options des différentes races dans tel ou tel match-up. L’exemple le plus récent que j’ai en tête lors d’une partie :

 

Screenshot2011-09-30-15 38 18Cliquer pour agrandir un peu si besoin pour les taupes telles que moi.

 

Mon VCS de scoot, le second que j’envoie, ne va pas survivre beaucoup plus longtemps. Il a néanmoins le temps d’observer une caserne, un laboratoire technique, et une usine en construction. J’en déduis que le laboratoire technique a été construit par la caserne et laissé là pour créer des unités ou des améliorations qui serviront soit à faire des banshees, soit des chars. L’usine placée à proximité directe de ce laboratoire fait penser que l’usine en profitera. Ma crainte des banshees est écartée, je n’ai pas besoin de produire une grappe de marines et de tourelles anti-aériennes, m’économisant ainsi des centaines de minerais, et me faisant penser que je peux moi-même me lancer en toute sécurité vers un harassement de banshee qui ne rencontreront que peu de marines à priori.

 

Cette capacité à reconstruire une stratégie adverse selon des indices de plus en plus maigres ne viendra qu’avec l’expérience et la connaissance des ouvertures possibles en match-up. Dans le cas précédent, je sais que les ouvertures classiques en Terran contre Terran sont la banshee, les hellions, ou une partie longue à base de tanks. A bas niveau il n’y a aucunement besoin de tel raisonnement, mais il est très utile de voir la composition en face… et où elle se situe.

 

Le scooting est la raison pour laquelle il paraît un peu ridicule de vouloir planifier une stratégie avant même de débuter une partie. Le cours de celle-ci est indéterminable, et l’adaptation l’emporte sur la planification à outrance.

 

 

 

Et après ?

 

Un café !

 

Une fois ces fondamentaux acquis, à vous de voir comment vous souhaitez apprendre. Steven ‘’Destiny’’ Bonnell encourage à apprendre une stratégie simple sur Team Liquid, par exemple le « Fast Roachs » pour les zergs, et à le répéter jusqu’à bien la sentir. Puis, commencer à l’optimiser, à changer deux ou trois choses, à dévier un peu, tenter d’autres choses. Personnellement j’ai appris un méta-jeu terran, puis les différentes ouvertures possibles classiques de cette race : l’avantage c’est qu’il n’y a pas trente-six ouvertures standards par race. Continuez à lancer des mules, à injecter vos larves et à chronobooster tout ce que vous pouvez : un chronoboost économisé est un chronoboost gâché, il en va de même pour les larves – la mule étant un cas plus particulier puisque les scanners peuvent se révéler plus importants dans certains cas. Dans tout les cas ne vous souciez pas d’enchaîner les défaites, l’important est de vous entraîner. Et, et exclusivement du ladder. J’insiste. Et si vous avez tout lu, je vais faire comme mon ami pêcheur et vous récompenser d'une image sympa.

Rédigé par Youe

Publié dans #Ludus

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Galoo 16/10/2011 16:51


Je ne me sens pas vraiment concerné (même si j'ai rempilé en ligue bronze cette saison par "manque de bol", avec mon coéquipier en 2V2 on est en argent solide), mais ça reste des choses à retenir,
ça fait un peu piqure de rappel donc merci.

Bien que je retienne souvent les conseils de Thud sur le scoot, les trucs à surveiller et quelques techniques, j'ai toujours DETESTÉ suivre les builds. J'aime pas jouer en robot, c'est con et ça
m'empêchera sans doute de progresser mais je ne prends pas de plaisir à suivre des schémas (à part dans les deux premières minutes).

En plus des fois l'effet de surprise ça marche. Des fois. Tester le Funday Monday de Day9 est souvent rigolo comme le Money Dump ou le Go for Gold (tout ça en 2V2), car jouer pour le fun reste ma
priorité.


Youe 19/10/2011 00:33



Nan mais les Builds c'est précisément un ordre de construction pour le début de partie, au bout de six-sept minutes on parle plus de build :'D. Avoir un build c'est pas jouer en mode robot mais
se permettre d'avoir un début de partie orienté et efficace, c'est différent. D'ailleurs l'ordinateur qui est par définition un robot n'a pas de builds : il fait toujours et systématiquement la
même chose. Je crois.


Les funny de Day9 peuvent être sympa en effet, même si je mesuisjamaisszérieusement penché sur ce commentateur (alors que, bon, c'est juste le meilleur). J'ai vu le "no stalker" et ça faisait du
bien de voir une partie protoss sans ces dragoons effiminé.



Petrif' 14/10/2011 08:26


Je suis une fainéasse, j'ai pas tout lu, mais je suis tombé sur la nouvelle émission de la rentrée Skill(s) sur NoLife, et j'avoue avoir scotché devant un match de Starcraft 2, même si je
comprenais pas un broc de ce qu'ils racontaient, c'était diablement prenant. J'ai juste retenu que les seigneurs-vermine au dessus d'un gouffre ça pouvait faire du mal... ou un truc du genre.


Youe 19/10/2011 00:28



Ahah Sebastien Ruchet qui tentait de montrer comme il le pouvait qu'il a joué deux parties avant l'émission. "Alors, on a la ligue Grand Maître de France", le tout en montrant un écran pixelisé
au possible, c'est beau. Et puis ce parti-pris de filmer de trois-quart, assis sur des poufs. Par contre les commentateurs c'est pas les meilleurs mais ils sont pas mauvais, ils gèrent un tournoi
de stature internationale et d'ailleurs l'équipe de FrenchNerd a réalisé un trailer "eGGOne starleague trailer" sur Youtube.



raspy 05/10/2011 09:02


Je ne pense pas qu'on puisse tirer de conclusion de ce genre puisque comme l'a dit Youe la campagne ne prépare à rien. Par contre finir les 9 défis avec la plus haute médaille ça permet de valider
les 2/3 des bases du jeu, donc c'est un meilleur indicateur. Et si on les finit tous, je pense qu'effectivement on a un niveau argent minimum.


Mota 04/10/2011 23:45


Peut être oui, je sais pas trop comment ça marche, mais on m'avait dit que c'était comme ça. En tout cas bon article, ça donne envie de bosser sa stratégie pour les débutants, et ça leur évitera
certainement des erreurs futures pour les prochaines partie !
Surtout en ce qui concerne le scooting, je pense que le joueur qui débute, ça ne lui viendrait pas directement à l'esprit d'envoyer un récolteur directement dans les lignes adverses.


Mota 04/10/2011 17:36


Mais, de toute façon, si on fini la campagne, on passe pas directement en ligue Argent sur BN ?


Youe 04/10/2011 23:35



Si tu la fini en Difficile ou en Brutal je pense que oui mais ceux qui la finissent en Normal... Je sais pas. Le multijoueur c'est quand même différent : pas de script, pas d'unités abusées...