J'ai gagné la guerre civile avec ma barbe !

Publié le 17 Avril 2011

Vous savez parfois il est l’heure de faire un bilan. Certains attendent la fin de leur vie pour se remémorer le bien ou le mal qu’ils ont créé. D’autres se montrent plus précoces, c’est ce qu’on appelle parfois les crises de la trentaine, de la quarantaine, de la cinquantaine, et ainsi de suite.  C’est un peu ce que j’ai fais. Un bilan. Un bilan… de mes favoris sur Youtube ! Passionnant ! Et là-dessus, je retombe et revois fréquemment et toujours avec le même plaisir une petite série de vidéos musicales originales. Laissez-moi vous introduire, les épiques batailles de rap de l’Histoire !


Le lien va bien ici.

 

Alors pour poser les choses je ne suis clairement pas un fan de rap. J’aime l’idée de la chose, j’aime ce principe d’une musique qui a un sens et un contexte bien particulier, mais je n’accroche pas, question de goût. Je suis plus tourné vers les instruments que vers le texte, et j’aime  considérer la voix comme un instrument de plus et non une machine à flow.  Ceci étant dit, lorsqu’on tombe par hasard sur une vidéo s’intitulant « Vader vs Hitler », que ce soit du rap, du rock’n’roll, du classique ou de la charcuterie, on clique, c’est un devoir.


Vous vous êtes toujours demandé qui de Stephen Hawking ou d’Albert Einstein était le meilleur ? Voici une façon sirupeuse de vous décider !


Le titre de cette série de vidéo sert en réalité fort bien de résumé : il s’agit d’abord et avant tout d’une bataille. Deux personnages, deux adversaires qui vont chercher à enterrer l’autre six pieds sous terre, dans l’oubli total et absolu, mû par une haine de l’un envers l’autre totalement inventée pour l’occasion. Ces personnages ne sont pas n’importe qui puisqu’ils sont choisis parmi les propositions du public de Youtube et sont forcément des figures célèbres, quelque soit le domaine, de fiction ou pas. Il va sans dire que souvent les deux personnages ont au moins un point en commun, même vague, bien que ce ne soit pas systématiquement le cas. Allez chercher un point commun entre deux catcheurs américains et un dictateur Nord-Coréen par exemple. Enfin, c’est du rap : la bataille ne va pas être physique, l’arme utilisé sera du flow et des rimes efficaces, collant au personnage, avec ponctuellement une attaque facile sur les mères ou une insulte bien typique du milieu à base de prostituée, de sœur femme à péage ou de punk. L’art du trash-talk infondé à son paroxysme. Et respectez les règles, l’un après l’autre, c’est au tour par tour ! Pas de panique pour les non anglophones, tout est sous-titré en anglais pour exporter le concept au mieux !


Le résultat est assez détonnant. Les attaques sont funs, bien vues, les rimes pas toujours présentes stricto sensus mais tant pis, on s’amuse. Presqu’autant que les auteurs qu’on voit se trémousser, tenter de provoquer l’autre personnage par des positions ridicules, feinter l’ennui lorsqu’il est sur la position défensive, voire mimer des habitudes de leur personnage, parfois un peu trop : oui, on le sait qu’Einstein tire la langue ! Jamais de plan complètement statique, pas de micro visible, c’est autant de la scène que de la chanson. Nice Peter, le pseudonyme derrière tout ça, a bien compris qu’il se sert de Youtube et donc de données visuelles à exploiter. Ce n’est visiblement pas le genre à mettre du Linkin Park en fond sonore sur un panorama tout droit venu de Google Images.


Le rythme de parution est de deux par mois, de souvenir. Un rythme qui paraît lent mais il faut dire que les soins apportés aux productions sont croissants et que les personnages proposés ne sont pas toujours bien évidents à mettre en scène. Souvenez-vous toujours, jamais la quantité au-dessus de la qualité ! Et à présent, pour ne pas vous laisser poireauter parmi les six ou sept vidéos je vous propose un aperçu rapide de mes préférées.

 

VADER vs HITLER


Il est difficile de faire un titre plus accrocheur, même le récent « Seins contre Fesses » de l’équipe de French Nerd n’arrive qu’en seconde position – bon, d’accord, c’est serré.  C’est souvent avec cette vidéo que les internautes découvrent d’ailleurs la chaîne, ce qui est assez paradoxal puisqu’elle est curieusement censurée dans la majorité des pays, y compris par notre cher et fier Hexagone. J’avoue ne pas bien comprendre pourquoi car en dehors d’une vanne bien noire – mais de fait très marrante – le reste est à la hauteur des hélas innombrables parodies de la Chute qui, elles, continuent malheureusement de véhiculer leur humour bien pauvre.


On sent qu’il s’agit là d’une de leurs premières vidéos : les costumes pas nécessairement à leur meilleur, les rimes sont parfois douteuses. Mais le fond est là, et un œil avisé notera d’or et déjà un souci du détail fort appréciable. Déjà l’habitude des différents fonds : en couleur pour Vader, en noir et blanc pour le petit Adolf. La façon dont le démocrate allemand se précipite tel un fou furieux pour débuter la bataille évoque tellement bien le tempérament du Führer, et cette volonté pour restituer la folie haineuse du bonhomme est fantastique. Et cette moustache si virile ! De l’autre coté, l’éternel Vader si aisé à rendre drôle. Pourtant ici pas de sur-utilisation de la Force. Vader qui danse le robot et qui parle de ses couilles cybernétiques, ça ne se refuse pas. Dommage le costume un peu faiblard, mais on pardonne, ce n’est pas simple de faire du joli déguisement Star Wars.


Mon gagnant personnel reste l’anti-héros galactique. Sa prise de position condescendante est déjà sympathique, mais il doit sa victoire sur la seule ligne finale parlant de ses entrejambes. En plus il lui gèle les parties dans de la carbonite, on a mal pour son adversaire. C’est trop inattendu pour ne pas remporter la bataille, mais c’est passé à peu de chose pour le nabot raciste et son attaque sur les douches que, honte à moi, je n’avais pas saisies du premier coup. On s’apercevra dès cette vidéo qu’en dehors de l’excellentissime Bieber vs Beethoven, on retiendra généralement une ligne particulière d’un personnage, la plus cinglante ou la plus originale, éclipsant toutes les autres, et finalement ce n’est pas tant le texte et l’argumentaire du personnage qui est pris en compte mais cette unique ligne.


SARAH PALIN vs LADY GAGA


On se demande quel point commun l’auteur a souhaité retenir : le sexe féminin ou le QI apparent des combattantes ? Ce n’est pas très gentil. Nous avons donc le gouverneur de l’Alaska, célèbre en France pour ses magnifiques bourdes et autres pompes peu subtiles en plein discours officiel de campagne présidentielle du camp McCain, contre la chanteuse à texte se fournissant chez son charcutier pour s’habiller avant que celui-ci, rongé par la honte et la folie, ne se suicide en faisant sa plus belle « Poker Face ». Musique légère : on entre en plein dans une ambiance de combat de chattes – oui ben ce n’est pas de ma faute si la traduction littérale de « cat-fight » est si lourde. On s’attendrait presque à voire de la boue glissante pas loin qui passerait dans le coin de façon fortuite complètement par hasard.

 

Quand bien même la boue aurait perdu son chemin on veut bien en apporter nous-même, c'est pas un problème. Oh et non, ci-dessus c'est l'illustration de Lincoln, j'ai pas trouvé de grandes photo de Palin suffisamment chouette. Et croyez-moi, ça m'a un peu brisé le coeur.


Si cette vidéo fait parti de mes favorites c’est entièrement grâce à l’énergie extraordinaire dégagée par l’actrice du rôle de Palin, une certaine Lisa Nova – son nom de code sur Youtube du moins. Ce sera par la suite un critère assez déterminant pour le choix des votes, que ce soit les miens ou ceux de Youtube : avec l’exception toute relative du condescendant Dark Vador le gagnant sera en général celui qui sera le plus impliqué dans la guerre, la prendra le plus au sérieux, apportera le plus de conviction. Et ce n’est jamais plus vrai qu’ici : malgré des attaques à mon sens plus percutantes, rien n’y fait : Lady Gaga, jouée par un homme – c’est important ça – manque de puissance, de crédibilité. Peut-être que la musique de fond qui se fait plus discrète pendant ses scènes joue-t-elle un rôle. Prendre son adversaire de haut est une tactique mais on a beau être le plus hautain du monde, cela ne servira à rien face à un ouragan. Et c’est un véritable cyclone qui se trouve en face, on n’aimerait pas être à la place du mari lors des disputes conjugales. Ou peut-être que si, remarquez, je ne sais plus, c'est confus.


Donc euh ma gagnante c’est carrément Sarah Palin, c'est tellement évident. Parce que, euh, ces cheveux, ces talons, ce tailleur, ces lunettes, cette façon de bouger, cet air coquin et, ooh, ces jambes, ces jaaaaaaaaaaaaambes !


JUSTIN BIEBER vs BEETHOVEN


Avant même de commencer les votes, Justin avait perdu. Le confronter à Beethoven c’est comme faire affronter Tokyo Hotel et les Stones ou un petit laborantin à Pasteur. Ce n’était pas très équilibré comme combat, jeunes gens. Néanmoins, pour le plaisir du défoulement – enfin pour la plupart, moi très sincèrement je ne connaissais pas Justin avant – et aussi pour la curiosité de découvrir leur version de Beethoven, impressionnante sur l’aperçu imagé de la vidéo, on clique de suite. Bieber démarre, et même si les attaques sont faciles, ça sent la qualité. Musique de la lettre à Elise remixée, attaques pertinentes et puériles à la fois, tout colle. On franchi un degré de plus dans la finition et la recherche artistique. Après que l’enfant ait déclenché une « Bieber Fever », on attend la contre-attaque du maître. Et là, on se prend une grosse claque, une claque pleine de testostérone.


Voire rauque, visage à moitié ombragé, gros sourcils, air menaçant, costume ultra classieux, piano, huitième symphonie, on passe de la bêtise adolescente à la virilité adulte pure et dure ! Fini de jouer et Beethoven nous le montre bien en montant doucement en puissance jusqu’à cette apothéose lors de la destruction du piano. Le mec ne rigole pas, regard inquisiteur directement sur votre âme et remplissage invasif de l’espace, Bach en side-kick, il veut votre mort et va vous étrangler d’un instant à l’autre. On a presque peur du sort de Justin.


Une fois qu’on a digéré le charisme sans égal de Beethoven, on se repasse la vidéo une seconde fois et on constate avec sourire que les détails sont encore plus soignés que d’habitude. Les costumes bénéficient de plusieurs petits approfondissements : le micro de Bieber, les bretelles du maître, la perruque, le piano. Ce piano est charismatique. Ca doit être chouette de savoir jouer autre chose qu’au clair de la lune sur un instrument aussi vieux. Les fonds sont, comme d’ordinaire, tout deux différents, mais c’est encore plus notable ici : lumières de dance-floor pour le jeune chanteur, papier jauni par l’âge pour le défunt compositeur.


Les commentaires ont rarement été aussi unanimes sur le vainqueur et je suis évidemment de concert avec eux – notez le jeu de mot s’il vous plaît, concert alors qu’on parle de chanteur et musicien, c’est quand même recherché. C’est de l’éloge de Beethoven tout du long, et ça en est même méchant parfois pour son adversaire. Certains par exemples ne comprennent pas pourquoi on a donné une apparence masculine à Justin Bieber. Roh, ce n’est pas très gentil, je suis sûr que vous n’aimeriez pas qu’on ressorte vos vieilles photos de classes. Moi clairement je suis à chaque fois à deux doigts de toutes les brûler.

 

A vous de vous faire votre propre idée des vainqueurs et de jeter un oeil avisé aux autres grandes batailles déjà en ligne : Albert Einstein contre Stephen Hawking, Abraham Linconl contre Chuck Norris, Hulk Logan contre Kim Jong-il...

Rédigé par Youe

Publié dans #Ars artis

Repost 0
Commenter cet article

Astrain 25/04/2011 10:35


Bonjour,
Je voulais te remercier de m'avoir fait découvrir ces vidéos plussoyantes!


Darkkeeper 20/04/2011 20:42


Merci pour le lien l'ami, c'est vrai que ces videos sont bien trippantes! :-)
Sinon je profite de ce commentaire pour te poser une petite question : tu as dit dans ta video sur Minecraft "si vous suivez nos tweets" [avec Traquenard désinvolte]. Or j'avoue que j'aimerai bien
suivre tes Tweets et discutailler de Minecraft avec toi. Donc j'aimerai savoir quel est ton ID sur Tweeter? Merci d'avance.
Sinon ne change rien, ce blog est génial.


Youe 21/04/2011 14:30



c'est Youe et Chester tout attaché. Mais je ne twitte pas beaucoup à vrai dire, je trouve rien d'intéressant à dire généralement.



Draghor 18/04/2011 17:50


Merci beaucoup pour cette découverte!
Pour ne pas me spoiler, j'ai décidé de regarder les vidéos avant que tu en parles, et tu as parfaitement raison : Beethoven fout une telle claque, il a une telle prestance, j'en suis resté bouche
bée (alors que je me brossais les dents, c'est un peu con). Concernant les deux Ladys, je n'arrive pas à me départager, certes Pavlin a une très grande force et énergie, mais j'aime beaucoup le
côté calme et cool de Lady.

C'est aussi bon de voir le blog reprendre de la vitesse ^^ Pourtant on arrive en juin ça devrait être le contraire O^0


Shadowfox 18/04/2011 16:52


A mon avis, ici, ce n'est pas le style de musique qui est le plus important mais la débauche de folie pure qui s'en dégage.

Ca sent le fantasme aussi et ça se voit : Vador prendre le dessus sur Hitler, Justin Bieber ridiculisé face à un Beethoven prenant sa revanche sur le domaine du roi de la musique... Ca sent
beaucoup le fantasme et un certains partie pris dés le départ.


Youe 21/04/2011 14:28



Fantasme dans certaines vidéo, folie dans toutes assurément ! Enfin sauf la dernière avec le Easter Bunny et Gengis Khan, c'est pas très très funky.



Mota 17/04/2011 13:50


Je suis pas fan de rap non plus, mais là j'avoue c'est fun (tout comme la vidéo Hitler rap, comme quoi le personnage du fürher colle bien à ce style de musique). Déjà c'est très court et ça agresse
pas les oreilles. Ensuite les personnages ont tous des mimiques et un esprit bien fidèles aux personnalités d'origines. Enfin les phrases sont drôles et vraiment bien choisies.
Une bien belle découverte en ce dimanche matin, merci Youe !