Megaman, get equipped

Publié le 1 Juin 2010

Cela fait plusieurs mois que j’étais tombé sur une affiche présentant le prochain film sur Megaman. Et puis bon, on voyait le héros, son « armure », et on comprend de suite que c’est du pipeau. Du joli pipeau mais du pipeau quand même. On se dit dommage et on passe à autre chose, en tremblant quand même un peu à l’idée de ce que serait une adaptation Hollywoodienne d’un Megaman. Si vous n’êtes pas d’accord, rappelez-vous les Mortal Kombat, les Street Fighters, les Super Mario Bros, et dans une moindre mesure les Resident Evil. Brrr.


Et puis il y a quelques jours, Mota me fait signe et pointe sauvagement du doigt un lien vers… le film en question. Diantre, ce n’était pas une blague ?

 


Le film s’avère être une production amateur d’une heure et demi. Une heure et demie ! Pour un projet amateur, c’est énorme ! Je suis définitivement attiré et je lance la lecture du produit. Et je constate que ce n’est pas du foutage de gueule. C’est vraiment du cinéma, l’image est belle, de qualité, ce n’est pas filmé avec un caméscope portable.


L’autre constatation qui fait plaisir aux fans et à ceux, dont je fais parti, qui sans être fans connaissent deux trois branches du blue bomber, l’univers est très respecté et même, ils osent donner des éléments de toile de fond à ce que nous considérons comme acquis. Ainsi la première découverte expliquée par le docteur Thomas Light n’est autre que… la téléportation. Qui, pour d’obscures raisons, ne marche pas sur les humains. Ca dure une minute mais ça permet de poser le fait qu’effectivement, les robots se téléportent sans arrêt dans Megaman. Et de crier sur les connaisseurs que, ouais, le sujet est maîtrisé.


D’ailleurs puisqu’on en vient au Dr. Light, parlons du casting. Il est très, très perturbant. En fait, tous les humains sont occidentaux, alors que tous les robots sont japonais. Allez comprendre pourquoi. Hommage aux créateurs de la série ? Peut-être. N’empêche, Megaman et ses potes ont toujours été représentés avec des… gros yeux. Alors un japonais… Enfin c’est un détail, on fait vite avec. D’autant que les acteurs ressemblent à leur personnage. Evidemment, ils n’ont pas collés la barbe de père-noël au bon docteur ni les moustaches d’Einstein au méchant, mais on les reconnaît instantanément. A coté de cette relative modestie visuelle, les traits de caractère sont très prononcés, comme dans un jeu vidéo à l’ancienne. Le mélange en devient un cocktail assez savoureux puisque, ne pouvant compter sur des visuels pour les couvrir, les acteurs doivent faire de leur mieux pour jouer juste sans filet. Si vous voyez dans cette dernière phrase une critique implicite de certaines productions tape-à-l’oeil, c’est complètement volontaire.


Avant de passer aux robots et par conséquent à la partie du film qui fait un peu tâche malgré une envie de bien faire évidente, je vais m’attarder un peu sur le chouchou du long-métrage : le fabuleux Dr. Wily. Un seul mot : l’exagération. Même deux : l’exagération subtile ! Le type joue exactement dans le ton, à moitié docteur en robotique, à moitié savant fou, et complètement mégalomaniaque ! Et cet accent allemand qui rivalise avec celui du dessin-animé, et ce visage sans cesse trempé de sueur, et ce regard de malade, et ces mimiques ! Le film vaut le coup rien que pour ce type. Le paroxysme survenant quand Wily rentre chez lui et où c’est l’avalanche des stéréotypes assumés et bien fendarts : le méchant vit seul avec une compagne artificielle (qui a un accent russe !)  dans un petit appartement qui sent bon la lose et fait ses courses au discount du coin, et, parallélisme, le gentil vit dans une maison gigantesque, magnifique, ensoleillée, en compagnie de Rock et de Roll, et c’est le bonheur et la joie.  Culte.

 

megaman2 

Au vu des quelques noms donnés ci-dessus, vous devez être un peu confus. Il faut savoir qu’en japonais, donc à l’origine, les noms des protagonistes du jeu vidéo ont des noms à consonance musicale. Megaman est en réalité Rockman, Protoman s’appelle Blues, et ainsi de suite. D’ailleurs, même après notre traduction occidentale, nous gardons de par chez nous la soubrette Roll, le chat Tango, le chien Rush, et les antagonistes Bass et Treble. Peu à peu, une sorte de consensus officieux s’est établi entre les fans pour dire que Rockman, c’est le héros sans son casque et son bras-canon, et que lorsqu’il part combattre les méchants en armure, il devient Megaman. Un peu comme Bruce Wayne devient Batman quand il met la cape. Dans notre cas, ce sont donc les noms japonais qui ont été conservés avec ce consensus, malgré une base scénaristique américanisée.


Abordons donc le cas des robots puisqu’ils devraient, s’il n’y avait pas ce fantastique Dr. Wily, être les vedettes du film. Les réalisateurs ont fait le choix d’utiliser des acteurs pour les robots humanoïdes et des animations 3D pour les autres. L’avantage va, selon moi et malgré ma réticence à la sur-utilisation du numérique dans les films, aux effets spéciaux. La raison est simple : les costumes des robots sont tout sauf convaincants. Des lunettes de ski sur lui, des lunettes de plongée sur l’autre, un casque de moto-cross, et zou. On ferme les yeux, évidemment, puisque la production n’est pas professionnelle, mais c’est difficile lorsqu’on voit les autres robots en 3D, dont l’animation est certes lente et parfois un peu « flash-esque », mais tellement bien fichue dans l’ensemble. Dernier petit regret, l'absence de développement desdits robots. Je sais, ils le sont pas non plus dans le jeu vidéo, mais, je sais pas, j'aurais bien aimé les voir et les entendre un peu plus, ça leur aurait peut-être donné le charisme qui leur manque.


Et lorsque Megaman rencontre un Robot-master, ça donne un combat. Pas super violent. Pas rapide non plus. Pas très palpitant. D’ailleurs ils font un peu penser à Megaman 64, dans l’esprit -et hop, référence subtile, personne n’a rien vu. Je tire, tu tombes, tu ripostes, j’esquive, je tire, tu meurs. Mouaaaaiiiirf. Ca sent la flemme, les gars, la fleeeeemme ! Des plans plus dynamiques, plus de mouvements de caméras, de meilleures musiques, des décors plus thématisés ! Diable, il n’y a rien de plus dynamique que des bastons contre les boss dans Megaman ! Remember Airman ?


Du coup, et c’est dommage, la fin tombe un peu à plat. Les clins d’œil aux détails, même si excellents, deviennent rarissimes, et tandis qu’on espère une lancée d’adrénaline, le montage alterne les scènes de discussions existentielles et les combats poussifs.


Ce qui peut faire tiquer le fan, puisque si Megaman possède une intelligence certaine, c’est surtout son homologue futuriste nommé « X », créé bien plus tard, qui assumera un libre-arbitre et dont le leitmotiv sera justement son iterrogation de la balance entre le bien et le mal. Ce qui peut faire tiquer le spectateur lambda aussi, puisque ces conversations servent à définir le personnage, et c’est beaucoup, beaucoup trop tard. La fin du film, c’est la conclusion de la maturation du héros, c’est l’apothéose de ses actes et de son évolution, ce n’est pas le moment de le développer. Peulinkt-être aurait-il fallu le faire à la place de la pauvre scène où Roll tente d’apprendre à Rock à danser, ce qui m’a conduit à un joli facepalm. Gros problème de structure, les gars, et ça vous casse le rythme de manière assez stratosphérique.


En conclusion, ce film amateur est un bon film, qui se regarde sans problème puisque bourré de fan-service. Peut-il aussi servir d’introduction pour quelqu’un n’y connaissant rien ? Pourquoi pas, car malgré une fin paresseuse, il  suit à la lettre le contexte et les personnages. Pas un incontournable donc, mais une curiosité à voir. Et d'ailleurs, autre article trouvé après-coup grâce à Aggregamers qui en parle et dont je suis carrément d'accord : Windvane


Lien vers le site officiel : lien

Rédigé par Youe

Publié dans #Ars artis

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Koulou 11/06/2010 16:02


Ouiiiiiiiiiiiiiii ! Fais Youé ! exerce ton divin droit à suppromer mon com ! hi hi, pas de souci ! je n'hésite (pas trop) à essayer de faire connaitre mon oeuvre via les com (sans exagérer
j'espère) parce que, précisément, d'une part chacun peut activer la modération des commentaires, et qu'ensuite, d'un simple clic au lieu d'y répondre, le proprio divin des lieux peut supprimer ma
pub si elle l'agace. Voili voilà.

bonne journée donc divin seigneur. Je m'en vais Youer ailleurs, hu hu ;-)


Koulou 11/06/2010 12:11


Une nouvelle série BD sympathique et familiale à découvrir ? ici si vous voulez, bien sûr.

http://lemondedekoulou.over-blog.com/article-19017851.html

ce que d'autres en ont pensé avant vous

http://lemondedekoulou.over-blog.com/pages/Titus_tome_1_Ils_en_ont_parle-489639.html


Bonne journée.


Youe 11/06/2010 14:43



Youpi les commentaires sur le blog du Youé, le blog où tu peux faire ta publicité que le Youé il s'en fiche. Mais quand même, fais en sorte que ça colle un minimum avec le sujet, histoire d'au
moins faire semblant de faire un faux lien. La prochaine fois je n'hésiterais pas à faire valoir mes droits divins sur les commentaires etje demanderais à Boule et Bill de saccager ton chez-toi !



Swen Popof 08/06/2010 21:02


Ho ! Saperlipopette ! C'est horrible ^^
Peut-etre plus horrible que le film Super Mario Bros (heu, quoique, peut-etre pas).

Dans la meme veine :
Where's Waldo - the movie : http://www.youtube.com/watch?v=kg4ztJ32iPI
Pac Man - the movie : http://www.youtube.com/watch?v=fWL6j0SvqV0


Youe 08/06/2010 21:54



Hun hun, pas d'accord, le scénario est celui du jeu, les acteurs sont majoritairement corrects voire bons, y'a vraiment que les costumes/combats qui font cheap.



Wendöh 04/06/2010 17:17


Moi j'ai beaucoup aimé la prestation de l'acteur qui joue Rock °° Light et Wily (surtout Wily) sont charismatiques :)


Third 03/06/2010 10:26


Intéressant ça, même si ça avait de quoi faire peur. Le scénar de ce film est donc mieux que celui d'un navet hollywoodien? (même légère hein. Je n'envisage pas que ça puisse être pire ^^) Je pense
à Mario gigolo, Resident en ville et autre niaiseries de gros plein de sous qui ne connaissent même pas les univers videoludiques. Si c'est le cas, j'y jetterais volontiers un oeil ^^


Youe 03/06/2010 21:55



Bah le scénario c'est celui du jeu en fait grosso-modo, donc c'est pas du grandiose mais au moins ça trahit pas l'esprit du jeu. Enfin pour l'amateur de Mega-Man au moins il reconnaît l'univers,
contrairement aux films que tu as cité.