Période d'achats !

Publié le 19 Décembre 2009

Normalement j'ai la volonté de faire parti de l'élite de la société, celle qui fait ses achats de Noël avant les autres et qui regarde les grandes surfaces de haut en rigolant des pécores qui se bousculent aux caisses à mesure que l'échéance approche. Cette année, je ne fais pas parti de l'élite. Et c'est assez douloureux.

Quand on se retrouve dans cette situation et qu'on habite en ville, on a deux choix. Soit on fait les petits magasins pour éviter les foules, mais la contrepartie c'est qu'en cette saison les oreilles deviennent rouge, on a une hypoesthesie des doigts et le vent traverse les vestes. Soit on préfère les centres commerciaux mais la contrepartie, c'est qu'on est pas seuls. Le vent lyonnais, qui est le pire du pays, m'a poussé à cette deuxième option. J'ai donc passé une après-midi entière à jouer à Just Dance entre les caddits remplis de gros paquets, les enfants chiards qui courent dans tout les sens en pleurant parce que mamie n'a pas voulu leur payer le dernier jouet à la mode, les quadragénaires célibataires qui ont oubliés d'acheter leurs décorations, et la population normale qui fait juste ses courses pour le week-end. Je suis perduadé que les femmes (et les hommes parce qu'il faut briser les clichés) qui font des séances de fitness économiseraient de l'argent en allant seulement faire leurs courses en période de fête ou exclusivement le samedi.

Pour compenser ce coté désagréable, on sort la carte banquaire. On avait prévu de le faire pour les autres mais on se retrouve systématiquement à craquer pour soi. Surtout quand ça injecte une onde positive dans cet océan d'intolérance qui nous submerge en même temps que la foule. C'est surtout le coté obscur qui a su me donner la force puisque je suis tombé sur d'agréables surprises !

PowerForceTout d'abord le célèbre défouloir encensé sur toutes les consoles sauf sur Wii, Star Wars le Pouvoir de la Force. Permettant, donc, d'incarner l'apprenti secret de Dark Vador et d'enchaîner la Force pour manipuler la physique du jeu et faire danser des stormtroopers. Non seulement il est sorti sur nos bons vieux ordinateurs, mais en plus c'est la ultimate sith edition. Derrière ce nom barbare nous rappelant la bonne époque des Street Fighter et ses éditions à rallonge se cachent en fait deux niveaux supplémentaires au jeu original que sont Tatooine (oh la la, va-t-on affronter, je ne sais pas, un rancor ? Quel suspens), le Temple Jedi (lequel ? celui sur Coruscant, celui sur Yavin IV ?), et Hoth, le niveau qui m'enthousiaste le plus parce que c'est une victoire impérial officielle . J'aimerais pouvoir vous donner mes premières impressions mais là le jeu est en train de s'installer, donc je dirais juste que l'installation est un peu longue.

On continue dans Star Wars avec deux bandes-dessinées, c'est Marc Lacombe dit Marcus qui m'a intrigué lors d'une de ses émissions sur la chaîne Nolife. Le principe de la série Infinities est de modifier un élément capital de la trilogie originale et d'en inventer les conséquences. Double avantage : ça laisse parler la créativité et évite des bêtes adaptations graphiques sans pour autant être obligé d'étoffer l'univers étendu de façon plus ou moins heureuse.

SWINfinities
J'ai lu les deux premiers tomes. Chacun d'eux présente une histoire indépendante. Dans le premier, l'élément perturbateur c'est carrément la survie de l'Etoile Noire. Luke manque son tir et la station de combat impériale n'explose jamais. Dans le deuxième tome, l'Etoile Noire a été détruite, mais cette fois-ci Luke meurt sur Hoth.

Si les changements de scénarios sont audacieux et bien trouvés, les fins sont toujours un peu rapides, ce qui est dommage tant le développement est bien traité. Ce n'est en outre pas lvraiment 'esprit Star Wars, c'est plutôt une vision d'artiste sur l'ambiance. A ce titre, le deuxième tome se permet plus de liberté dans le ton et le dessin que le premier. Parfois, certains concepts de l'univers des Jedis ne semblent pas avoir été bien saisis par les scénaristes. Par exemple, attention spoiler, surlignez pour lire.

A la fin du premier tome, après avoir évité à Luke de sombrer du coté obscur, Yoda se rend lui-même sur l'Etoile Noire et parvient à la faire s'écraser sur Coruscant pour éliminer l'Empereur. En oubliant peut-être un peu vite qu'il s'agit d'une planète où vivent des milliards d'être intelligents. Vachement coté lumineux comme approche !


En dehors de ça, c'est plutôt bon. La bande-dessinée se parcoure d'une traite, certaines répliques sont des vrais clins d'oeils aux connaisseurs, certains détails sont amusants, et il existe une logique interne cohérente. Même si la fin est donc un peu précipitée, à base de révélations éclairs sur les personnages qui changent aussi rapidement d'opinion qu'Anakin dans l'épisode trois.

LivreBurtonPour terminer, on sort enfin de la guerre des étoiles pour se pencher vers un achat plus atypique. Un petit livre d'histoires de Tim Burton. La triste fin du petit enfant huître, et autres histoires. Rien que l'objet en lui-mêe me plaît : dimensions agréables, couvertures cartonnées, noires et sobres. J'adore les univers un peu gothiques de ce type. J'ai ouvert le livre par curiosité et je suis tombé sur les courts poèmes faisant suite à l'histoire.  C'est clairement cette ambiance effrayante et poétique, tendre et triste en même temps qui m'est chère dans plusieurs de ses films soit-disant pour enfants. L'enfant-momie, l'enfant-toxique, l'enfant-brindilles sont autant de petits héros ayant droit à leur poème.

Et en franchissant le rayon de jeux pour petits, je tombe nez-à-nez devant un cauchemar. Elle n'est pas morte. Elle est de retour dans deux coloris différents, bleue-garçon ou rose-fille.

Kyu
Evidemment si vous n'avez pas vu le test de la Kyu par Minminsheep sur Youtube avant que la vidéo ne soit censurée, vous ne pouvez pas comprendre. Restez juste éloigné de cet ersatz de Wii. C'est pour votre bien.

Rédigé par Youe

Publié dans #Varietas

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Kitsune-san 20/12/2009 11:47


Si c'est aussi pourri que le Technigame... Ça en dit déjà long sur la bestiole : D !
Et il faudrait peut-être qu'un jour, je commence à m'intéresser à Star Wars, histoire de comprendre la frénésie autour de cet univers : /...


Youe 20/12/2009 22:56


C'est même pire que la Technigame. Dommage que le test ai été supprimé, même si on trouve une version courte sur Dailymotion.

Star Wars t'a le temps, surtout j'imagine que les fans hystériques donnent pas envie de s'y mettre. Personellement c'est les jeux vidéos et la série X-Wings qui m'a plongé dedans (le dernier jeu
étant X-Wing Alliance). En fait la seule chose à se rappeler c'est de bien voir la trilogie originale AVANT la prélogie qui est d'une telle mauvaise qualité que je préfère ne pas m'en souvenir.
Mais c'est vraiment un univers sympa.